La gazette piétrolaise

A Petra di Verde, u nostru paese

Les “DEGORDÌ”

En amont était Sesè STRABONI, l'ancêtre commun, père de Petru-Francescu, Mimìa et Clotilda, la première, mère de Roque Esteban Scarpa-Straboni, universitaire et poète chilien, la deuxième, de Simon-Jean Vinciguerra, “Ghiuvanni di A Grotta”.

Sesè était lui-même poète; son pseudonyme, “Sesè d'Alistro”. Sa verve était, disait-on, hautement satirique, mais, la plupart du temps orale.  Dans ses “Notes sur le cycle de Pâques”, Simon-Jean Vinciguerra en cite cependant les trop courts extraits que voici:  “Dans un sonnet composé dans sa jeunesse, et que “A Muvra” publia en 1925, mon grand-père disait à propos des chandelles (bénites de la Chandeleur):  “servenu à fa andà e criature quandu lu corpacchjinu é troppu pienu”.  Dans la même pièce, il raillait la vulgaire pisticcina de farine de châtaignes, qui donnait droit à une modeste crucetta (le dimanche des rameaux), alors que l'estimable pain blanc annoncé par un mot solennel assurait la possession d'une magnifique étoile:  “E tu, vil pisticcina, ùn vali un cornu”.

Vint ensuite Petru-Francescu (qui pris le nom de DEGORDÌ) au légendaire esprit caustique, à la rime moqueuse, aux traits courts et percutants.  Mais tout, alors, était, la plupart du temps improvisé à telle ou telle occasion et encore transmis oralement; personne ne songeait à en garder la trace écrite, au risque de tout oublier.  A moins qu'un jour prochain les mémoires ne se ravivent…

Vinrent enfin les “DEGORDÌ”, les fils de Petru-Francescu, particulièrement Sesè, Antoine, Jacques, Philippe et Eugène, et Paul, fils de Jacques.  De Sesè et d'Eugène, je n'ai, hélas, rien à présenter.  La verve, pourtant, ne leur manquait pas, mais rien n'a été noté à ma connaissance.  D'Antoine, Jacques et Philippe, on pourra apprécier ici quelques œuvres qu'eux-mêmes ou leurs héritiers m'ont confiées comme à un ami.  On trouvera aussi un poème de leur parent chilien Roque-Esteban Scarpa-Straboni et un autre de Simon-Jean Vinciguerra dédié à son grand-père Sesè.


Pour accéder aux textes, cliquez sur le nom de l’auteur:

(Vous pourrez revenir à cette liste en cliquant sur le lien au bas de chaque page)


Antoine STRABONI ('Ntone DEGORDÌ) (1914-1998)


Cumare volpe

1 - Sta mane u capibiancu

Face perte di dovere

Ch’ella ùn si dica mancu

Ch’ell’ùn trova dispiecere

Sò sparite e ghjalline

Grisge rosse bianche e nere.


2 - Chi a volpaccia era infama

À m’avìanu sempre detta

Di pollame é sempre in brama

Ch’ella sìa maladetta

É ghjunta induve Michele

Per lescià a piezza netta.


3 - Unn ha guerdatu u mese

E senza teme u callu

Lontanu da u paese

Stu colpacciu é ghjunta à fallu

Ha polzu molte ghjalline

E s’ha lesciatu u ghjallu.


4 - L’é stata ricunniscente

Ch’é ellu chi l’ha chjamata

Cantava bellu sevente 

A matina e in la serata

Ghjé venuta a risposta

Fù un’ora ghjestimata.


5 - I cani di u vicinatu

Unn hanu trovu pretesti

Unn hanu manc’abbaghjatu

E sò stati pocu lesti

Pensavanu chi a volpe

L’avessi da lescià i resti.


6 - Eranu appollate in altu 

Per avè più bella vista

A volpe à u primu saltu

L’ha resu a vita trista

Michele l’ha ingrassate

E ssa ladra é s’acquista.


7 - Di u ghjallu amutulitu

Ùn si sente più u cantu

Troppu terdi ell’ha capitu

Ch’ell’unn avìa più per tantu

Di salvassi un’altra volta

Ha pregatu u so santu.


8 - Avanti di perde vita 

Ha persu i so diritti

Troppu terdi l’ha capita

Ch’ell’é megliu à stassi zitti

Riposassi e dorme terdi

Micca d’esse à l’alba arritti.


 9 - Deraghju un cunsigliu à d’altri

E finiscu a miò musa

À chi ha ghjalline e pollastri

Tenghi a so parta chjusa

Chi a volpe ha catellatu

Cherne fresca ùn ne ricusa.


Degordì, Calcinaghjole, lugliu 1992

U miò paese

1 - Quand’affaccu in Pinzu Rossu

Vecu i tre paisoli

Si stringhje stu core corsu

D’avelli lesciati soli

Soca ùn volse u destinu

Ch’io fussi sempre vicinu.


2 - U so bellu campanile

Mostra a so alta cima

Incu lu so bellu stile

Mi pare megliu che prima

U suvenire ùn si perde

Di a nostra Petra di Verde.


3 - U so nome fù ben datu

Dapertuttu c’é verdura

Incù dui fiumi a latu

Imbellisce a natura

U so celu sempre chiaru

Ogni fruttu ci matura.


4 - U guerdanu e ne sò fieri 

Mont’Altu e Sant’Appanu

E so duie cime altiere

U curanu da lontanu

E più sottu c’é u mare

Chi mostra e so acque chiare.


5 - Mezu  à sse duie muntagne

U collu di San Gavinu

L’erburi di e castagne

A l’intornu sò vicinu

O paese di cuccagna

Eria pura ùn si ne lagna.


6 - Da a croce du I Temponi 

Vecu U Ciottu à Pischellu

San Petrone e I Rioni

Sant’Elesiu e U Prunellu

Tulloria e l’Aghja à A Serra

Bussu e U Duminichellu.

Suite des textes d’Antoine STRABONI ('Ntone DEGORDÌ)


Retour à la liste des poètes piétrolais